10 exigences professionnelles pour le futur directeur de banque

Publié le : 19 octobre 20208 mins de lecture

L’évolution du secteur bancaire s’accompagne d’une évolution des exigences et compétences imposées aux directeurs, c’est-à-dire ceux qui doivent gérer avec succès la banque ou l’entreprise.

La sélection du prochain PDG d’une banque ou d’une caisse d’épargne n’est pas une tâche facile, car les exigences et compétences en matière de gestion d’une telle entreprise ont considérablement changé. Le directeur d’une société financière doit combiner de nombreuses fonctions et en assumer la responsabilité.

Une mauvaise gestion peut orienter l’entreprise dans la mauvaise direction et avoir ainsi des conséquences fatales pour l’avenir.

Compte tenu des nombreux changements et défis auxquels le secteur bancaire est actuellement confronté, un profil des qualifications et compétences d’un PDG d’entreprise pourrait facilement comprendre une dizaine de points.

10 Exigences relatives à la compétence professionnelle du PDG d’une banque

Les points suivants décrivent les dix compétences professionnelles les plus importantes que les directeurs de banque tournés vers l’avenir devraient avoir aujourd’hui.

1. Expérience des relations avec les autorités de régulation

Auparavant, les bonnes relations avec les autorités règlementaires et les superviseurs faisaient rarement partie de la liste des exigences pour occuper la fonction d’administrateur de banques, sauf si la banque était en difficultés financières. Mais aujourd’hui, le secteur bancaire est caractérisé par une série de changements réglementaires. La capacité à établir une relation de travail positive avec les différentes autorités réglementaires est donc d’une grande importance. Parfois, elle est même devenue un élément essentiel de la réussite des missions.

2. Compétences dans la gestion du bilan

Le contexte prolongé des taux d’intérêt bas a augmenté la pression sur les marges d’une société comme jamais auparavant. Plus que jamais, le risque de taux d’intérêt et la pression sur les marges exigent une compréhension et une maîtrise de la gestion du bilan ainsi que des stratégies de capitalisation potentielles.

3. Expérience dans le domaine du crédit

Une mauvaise qualité du portefeuille crédit peut très rapidement transformer une banque rentable en une banque aux performances médiocres. On ne peut donc jamais avoir « trop » d’expérience dans le domaine du prêt classique.

4. Compétences en matière d’administration d’entreprise

Les conseils d’administration et de surveillance font aujourd’hui l’objet d’un contrôle accru de la part des investisseurs, clients, autorités, organismes publics, employés et autre partie prenante. Le directeur d’une banque doit savoir ce qui est important lorsqu’il assure la fonction de directeur de l’entreprise, mais surtout être capable de faire face à cette pression permanente avec confiance.

5. Intérêt accru pour la technologie numérique

Dans le secteur bancaire, la technologie est passée du back-office au front office. Elle n’est désormais plus seulement un facteur de coût, mais devenu un facteur de succès stratégique. Par conséquent, la compréhension de la technologie et de ses possibilités figure également parmi les exigences et compétences requises pour mener à bien le travail d’un directeur.

6. De nouvelles perspectives dans la gestion des risques

Dans le bon vieux temps, la gestion du risque signifiait avant tout la mutualisation du risque de crédit ainsi que la prévention et la lutte contre les éventuelles fraudes. Aujourd’hui, la sécurité des technologies, de l’information et des données fait tout autant partie de la gestion des risques que la conformité, les risques juridiques et les risques de réputation d’une société. La capacité à identifier les risques potentiels d’une banque à un stade précoce, à les évaluer correctement et, si nécessaire, à les éviter est donc encore plus importante qu’auparavant.

7. Connaissance du marketing et des médias sociaux

La technologie numérique est devenue un levier de croissance pour toute entreprise. La diffusion des médias sociaux comme composante de la numérisation a signifié que les banques ont dû, elles aussi, trouver de nouveaux moyens pour attirer l’attention sur leur marque, pour promouvoir la fidélité des clients et pour améliorer le service proposé par la société. Les directeurs de banque doivent être conscients de ces tendances, même s’ils ne sont pas eux-mêmes actifs dans les réseaux sociaux.

8. Importance croissante des activités de la Commission

Non seulement depuis la baisse des marges d’intérêt due à la phase de taux d’intérêt bas, le sujet de « l’expansion des activités de commission » devrait régulièrement être à l’ordre du jour lors des réunions pour le conseil d’administration d’une banque (principalement régionale). L’aide du directeur de la banque est particulièrement importante dans la recherche de nouvelles sources de revenus.

9. Expérience en matière de fusion et d’intégration

Compte tenu de l’augmentation des coûts, de plus en plus de banques envisagent des fusions et des partenariats stratégiques. L’expérience montre que le succès promis se concrétise rarement, et certainement pas par eux-mêmes. En conséquence, des sujets tels que la gestion de l’intégration et la gestion du changement gagnent considérablement en importance.

10. Une planification stratégique axée sur la mise en œuvre

(Presque) tout le monde a un plan, mais de nombreux objectifs passent à côté de la réalité et souvent, c’est rare que toutes les mesures nécessaires à la mise en œuvre soient clairement définies. La tâche des directeurs de banque n’est pas seulement de développer une vision stratégique, mais aussi de laisser cette vision se traduire en un catalogue de mesures concrètes, propres et réalisables. Dans de nombreux cas, ce ne sont pas forcément les différentes stratégies qui déterminent le succès dans la compétition, mais leur mise en œuvre.

Aucune garantie de succès

Il n’existe pas de liste complète décrivant les exigences et compétences indispensables pour un directeur de banque, surtout pas dans le sens où le fait de les satisfaire conduira à un succès garanti. La pression concurrentielle et les changements dans le secteur financier sont tout simplement trop importants pour que les exigences de la fonction puissent être absolues. Cependant, une bonne couverture des dix points décrits augmente les chances d’une banque de survivre au développement de la technologie.

Bien entendu, il est clair qu’en tout état de cause, une qualification formelle de directeur de banque par la BaFin est également requise. Cela représente le minimum requis parmi les exigences de compétences d’un PDG.

Plan du site