L’innovation est une condition essentielle pour réussir à l’avenir. Mais comment devient-on un innovateur à succès ? Comment booster la capacité d’innovation ? Comment augmenter la créativité ? Quelle stratégie adopter pour un environnement de l’innovation ?

L’innovation et la gestion de l’innovation sont devenues des facteurs centraux de succès dans le secteur bancaire également, au plus tard au cours de la transformation numérique. Toutefois, il ne s’agit pas principalement de l’utilisation des nouvelles technologies, mais d’une réorientation de la réflexion et des actions stratégiques. Elle est importante en période de changement. Elle permet de transmettre des objectifs et des perspectives à la fois en interne et en externe.

L’une des principales conditions préalables à une innovation réussie est la curiosité. Elle implique un questionnement et un examen constants, non pas comme une fin en soi, mais pour apprendre et, par le questionnement, pour faire bouger les choses. Pour améliorer quelque chose, il faut changer quelque chose, a dit un jour Georg Christoph Lichtenberg. Et Einstein aurait dit : “C’est fou de faire les choses de la même façon tout le temps et d’espérer des résultats différents”.

Tous les changements ne sont pas pour le mieux, cependant, et toutes les idées supposées bonnes ne deviennent pas des innovations réussies. Le défi particulier consiste à développer et à mettre en œuvre des idées réussies. Comment procéder à la créativité ? 

Une partie importante d’une gestion stratégique de l’innovation réussie consiste à poser les bonnes questions. Les dix questions suivantes couvrent un large éventail de possibilités de management.

Comment est l’état des lieux et quelles sont les idées nouvelles ?

Peter Drucker, qui est considéré comme un pionnier de la théorie moderne de la gestion, se posait la question critique suivante : “Si nous ne faisions pas déjà les choses comme nous les faisons, est-ce que ce serait la façon de démarrer notre entreprise à partir de zéro ? Même si cette approche ne peut pas toujours être mise en œuvre, elle contribue souvent à ouvrir de nouvelles perspectives et donc de nouveaux potentiels créatifs. Avoir des éléments de réponses en termes stratégiques est important pour le management de l’innovation.

Quel est notre métier ?

Ted Levitt, émigrant allemand et professeur à la Harvard Business School, a inventé le terme économique de mondialisation en 1983. C’est l’origine de la question stratégique : “Dans quel secteur d’activité sommes-nous vraiment ?”

Pour les banques, il importe de considérer les éléments cles de l’ADN ou les fonctions de base. Elles doivent prendre en compte ces idées dans leur stratégie et aligner de manière cohérente le modèle d’entreprise qui en résulte sur le client.

Que devrait faire le PDG ?

Andy Grove, le co-fondateur et directeur d’Intel, a un jour posé la question suivante : “Si le conseil de surveillance nomme un nouveau PDG, que pensez-vous qu’il devrait faire ?

Avec cela, il voulait non seulement encourager les autres à réfléchir, mais aussi montrer clairement qu’il est lui-même ouvert aux idées et suggestions nouvelles et inhabituelles.

Quel problème nos clients veulent-ils résoudre ?

De Steve Jobs vient la phrase “Ce n’est pas au client de savoir ce dont il a besoin”. Et Henry Ford a dit un jour : “Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils auraient dit des chevaux plus rapides”.

De plus, lors du développement de nouveaux produits, les banques devraient d’abord se demander quels sont les besoins de leurs clients et comment les résoudre, et seulement ensuite comment l’analyse de rentabilité sous-jacente peut augmenter les bénéfices de la banque.

Pourquoi les autres cibles n’accèdent pas dans notre service ?

La Swiss net bank a été l’une des premières en Europe à lancer en 2010 l’idée d’offrir le service traditionnellement exclusif de gestion d’actifs à un plus large éventail de clients via le Robo Advice, de manière simple et à faible coût. À ce jour, je ne comprends toujours pas pourquoi le groupe suisse Raiffeisen n’a pas poursuivi ce concept. Entre-temps, le conseil robotique ne s’est pas encore pleinement établi sur le marché, mais il est plus répandu que prévu. Des enquêtes et des études ont montré à maintes reprises que de nombreux clients trouvent les services bancaires trop compliqués ou trop chers. L’objectif devrait être de créer une banque simple et proche des gens.

Comment intégrer l’innovation dans le management ?

La révolution numérique modifie les produits et les systèmes commerciaux d’une manière jamais vue auparavant. Le mot clé ici est “innovation perturbatrice”, des tendances qui modifient profondément les entreprises et même des industries entières. Un exemple est le défi mobile auquel sont confrontées les banques et les caisses d’épargne établies. Dans le domaine des services bancaires mobiles et des paiements par téléphone intelligent, ils ont été et sont encore confrontés à des concurrents qui tentent de leur faire concurrence en introduisant de nouveaux modèles commerciaux qui leur font concurrence pour les relations avec les clients. Ce n’est que récemment qu’un contre-mouvement est apparu.

Comment procèdent les autres pour réussir ou surmonter les difficultés ?

Une bonne gestion de l’innovation se caractérise par une mise sur le marché rapide, c’est-à-dire la transformation rapide d’une idée en un produit réussi et rentable. La langue vernaculaire dit que vous n’avez pas à réinventer la roue. Néanmoins, de nombreuses entreprises font exactement cela et les banques et les caisses d’épargne sont généralement en première ligne. D’autant plus qu’il leur est souvent difficile d’acheter de bons concepts réalisables. Les nouveaux produits ne brillent pas seulement par ses inventions ingénieuses, mais surtout par la combinaison ingénieuse de bonnes inventions et d’idées. Ces idées et solutions peuvent provenir d’autres industries, pays ou entreprises. Il suffit de les chercher et de les trouver.

Que pouvons-nous faire de mieux que les autres ?

La vitesse seule ne suffit pas. Les innovations doivent s’appuyer sur des points forts éprouvés. Pour ce faire, il est nécessaire de les identifier et de les développer.

De telles forces peuvent résider dans la marque comme la caisse d’épargne, un canal de vente spécifique, comme les banques directes, ou l’accès à une technologie spécifique.

Quels sont les facteurs critiques de succès ?

Chaque innovation n’est pas une réussite. Il est important de séparer le blé de l’ivraie en temps voulu. Ce serait facile s’il y avait toujours un bien ou un mal absolu. En réalité, il faut faire des hypothèses et tester très tôt les incertitudes d’une innovation sur le marché. Souvent, seuls de petits ajustements sont nécessaires pour assurer le succès. 

Comment pouvons-nous apprendre mieux et plus efficacement ?

Le bon apprentissage et l’anticipation sont des éléments indissociables d’une gestion réussie de l’innovation. L’efficacité et les coûts justifiables font partie des facteurs clés à cet égard. Il existe des moyens simples pour y parvenir, comme des tests auprès des consommateurs ou un pool d’experts gérable auquel on peut accéder rapidement et facilement si des questions se posent.

La gestion de l’innovation doit être vécue. Il n’est pas facile de réussir une innovation ou une gestion de l’innovation. Le PDG joue un rôle essentiel dans l’établissement de l’environnement de l’innovation. Il conçoit dans l’entreprise une culture de l’innovation dans laquelle toutes les parties concernées discutent de ces questions ouvertement et sans préjugés. Il intervient dans la définition des objectifs, des stratégies et évidemment dans le management