L’évolution vers l’Open Banking est une innovation du fonctionnement des banques. Elle offre en effet offre la possibilité de proposer aux clients des produits et services attrayants et personnalisés de la part de tiers. Les institutions financières devraient jouer un rôle de premier plan dans ce processus pour ne pas se faire évincer du marché par FinTechs.

Les API et l’Open Banking sont des tendances actuelles sur le marché des services financiers, renforcées par des mesures telles que le PSD2. Leur importance stratégique s’accroît, comme le montre une étude récente de Capgemini et de l’Efma.

Les possibilités offertes par les services bancaires ouverts

Les nouvelles interfaces offrent aux banques et aux caisses d’épargne la possibilité de proposer à leurs clients des produits et des services tiers individuels et attrayants. Cela leur permet de fidéliser la clientèle et d’attirer de nouveaux clients potentiels. Cela peut également être un moyen de concurrencer FinTechs.

D’autre part, les institutions établies risquent de perdre leur rôle d’intermédiaires financiers si elles ne trouvent pas leur propre modèle pour l’interaction future avec les clients et ne s’ouvrent pas aux offres de FinTechs et d’autres partenaires. En collaboration avec FinTechs, les institutions financières peuvent prendre la tête du mouvement pour une banque ouverte en proposant à leurs clients des services innovants et personnalisés, qui offrent à la fois un nouveau potentiel de revenus et une valeur ajoutée pour les clients.

Les API ouvrent la voie à la transformation

La coopération entre les banques et FinTechs dans le domaine de l’Open Banking peut être mutuellement bénéfique. De nombreuses banques utilisent déjà des interfaces de programmation d’applications (API) pour améliorer le flux d’informations entre leurs systèmes informatiques internes. À l’avenir, les banques prospères utiliseront les API pour générer de nouveaux flux de revenus et obtenir plus d’informations sur leurs clients tout en améliorant l’expérience client.

Bien que les API fournies aux banques posent certains problèmes de sécurité et de protection des données, elles constituent le facteur clé de succès car elles permettent aux institutions de bénéficier de l’inventivité des FinTechs sans toucher à leur propre infrastructure complexe. Les premiers adoptants testent déjà une ouverture proactive de leurs systèmes et bases de données à des tiers pour générer de nouveaux revenus.

La coopération est la clé du succès dans le domaine de la banque ouverte

On ne sait pas encore exactement comment l’évolution vers une banque ouverte se fera. Une légère majorité d’entreprises FinTech (53,8 %) mais aussi de nombreuses banques (43,5 %) prédisent un avenir dans lequel les deux acteurs développeront conjointement des plateformes intersectorielles sur lesquelles des services complémentaires seront offerts. Un peu moins probable, mais néanmoins réaliste, est le scénario selon lequel les banques continuent à offrir des produits et des services bancaires, mais laissent la distribution à FinTechs, à des “BigTechs” comme Apple ou Amazon, ou à d’autres nouvelles plateformes ouvertes. Cela présente l’avantage de réduire les coûts de distribution, mais comporte le risque de perdre la visibilité de la marque et l’accès aux clients. Ce scénario futur est vu par un peu moins de la moitié des FinTechs (47,8 %) et par seulement 28,8 % des banques.

La volonté de FinTechs et des banques de coopérer est incontestable. Presque toutes les banques (91,3 %) ainsi que la majorité des FinTechs (75,3 %) supposent que cela se produira à l’avenir. Ce faisant, les banques mettent en jeu l’accès à leurs ressources, leur expérience et leur savoir-faire. FinTechs, en revanche, offre une grande souplesse, une rapidité d’entrée sur le marché et une approche inégalée de l’orientation client.