La numérisation modifie les processus commerciaux existants dans tous les secteurs. Pour les banques en particulier, cela s’est traduit par un net retrait de la zone ces dernières années. Pour les consommateurs finaux, cela a entraîné un tout autre problème : un manque de liquidités ! La transformation numérique a entraîné le renversement complet des modèles commerciaux établis. Mais que faire si les nouveaux concepts de succursales ne sont pas (plus) suffisamment économiques pour les banques ?

La coopération entre les banques et le commerce de détail

La diminution du nombre de succursales rend plus difficile le retrait d’argent liquide pour les clients. Afin de tirer parti du volume élevé d’espèces et, dans le même temps, de combler le déficit d’approvisionnement des clients, les banques et les détaillants adoptent de plus en plus des modèles de coopération sous la forme de services de caisse au point de vente.

Le cash back banque est un service promoteur qui permet aux clients de retirer de l’argent directement à la caisse avec sa carte bancaire. De nombreux détaillants proposent cette option à leurs clients – ce service est déjà disponible en France et est accepté avec reconnaissance par les consommateurs.

Cash Back Banque, une formule évidente

Le Cash Back est particulièrement populaire là où la densité des banques est faible : dans les zones rurales. Les utilisateurs sont favorables en sont favorables. Le potentiel y est aussi particulièrement important : parmi ceux qui ne connaissent pas encore Cash Back, un sur deux utiliserait le service s’il était proposé dans les magasins où ils font leurs achats. Les jeunes consommateurs font un usage plus intensif du Cash Back que les plus âgés : 16 % des utilisateurs de moins de 30 ans retirent de l’argent liquide à presque chaque achat, alors que ce chiffre n’est que de 4 % chez les plus de 50 ans. En moyenne, les jeunes gens retirent de plus petites sommes d’argent. Ils perçoivent évidemment le Cash Back comme une source naturelle d’argent liquide à laquelle ils peuvent accéder à tout moment de leur vie quotidienne.

Les distributeurs automatiques dominent toujours les retraits d’argent en France, mais le cash back a déjà trouvé sa place. Pour chaque consommateur, le service est déjà un facteur décisif dans le choix du lieu d’achat. Toutefois, il existe encore des obstacles à l’utilisation : Les consommateurs âgés, en particulier, estiment que le retrait d’argent liquide à la caisse n’est pas assez anonyme et préfèrent retirer de l’argent liquide aux distributeurs automatiques ou aux guichets pour des raisons de sécurité. Si la vie privée était mieux protégée, près d’une personne sur deux (44 %) utiliserait plus souvent Cash Back.

Cash Back, un concept plus rentable

Les systèmes de gestion des espèces résolvent en particulier des problèmes d’utilisation et offrent trois grands avantages : ils servent de caisse, optimisent la gestion des espèces du détaillant et — orientés vers le client — peuvent être utilisés comme un distributeur automatique de billets. Ils utilisent une technologie de balayage très performante pour vérifier l’authenticité des billets de banque entrants et offrent ainsi une protection fiable contre la fausse monnaie. Si un client utilise le Cash Back, l’argent peut lui être versé directement par un tel système au lieu d’être versé par le caissier à la caisse du magasin comme c’était le cas auparavant.

Toutefois, les systèmes de gestion de trésorerie sont également la solution idéale pour les nouveaux concepts d’agences bancaires, car ils fournissent des services classiques aux guichets des banques sous la forme d’un libre-service assisté. Concrètement, cela signifie que les clients peuvent se servir eux-mêmes et que, dans le même temps, des services innovants sont proposés, ce qui augmente considérablement l’attrait de la succursale proprement dite.