Depuis quelques années, le secteur bancaire a rencontré plusieurs difficultés. Les banques privées font face à de plus en plus de défis macroéconomiques et technologiques. Les banques doivent ainsi restructurer leur offre de service pour préserver leur chiffre d’affaires. Pour se faire, les banques privées peuvent améliorer les 5 tâches clés suivant :

Développement des modèles commerciaux numériques

La numérisation a dominé le marché de la finance. Pendant des années, elle restera l’un des domaines d’action stratégiques les plus importants des banquiers. Cela implique beaucoup plus que les simples exigences d’investissement en matière d’infrastructure informatique. Il s’agit de développer davantage des systèmes dotés d’intelligence artificielle où les modèles économiques sont plus perfectionnés et répondent aux attentes clients. Pour répondre aux exigences des clients, les banques doivent changer progressivement leur outil de travail et intégrer dans leur plan directeur la numérisation des services. L’accès au numérique étant simplifié. Les entreprises peuvent ainsi gérer leur patrimoine facilement et, par la même occasion, réveiller leur enthousiasme aux investissements. La technologie permet, en outre, de mieux gérer le portefeuille client des banquiers.

Intégration des technologies numériques

La relation des banques avec le client est devenue de plus en plus numérique. En effet, beaucoup de client particulier et d’entreprise sont régulièrement en ligne et sont constamment dans un environnement numérique. Les banques privées doivent considérer cette évolution dans ses offres de service à la clientèle. Ces avancées technologiques sont également très intéressantes pour les entreprises. En effet, ils réduisent les déplacements en agence et permettent d’accélérer le traitement des opérations bancaires. Dans un environnement en pleine évolution, les professionnels du secteur finance n’arrivent toujours pas mettre en place des plans d’action adéquate pour pallier les problèmes causés par les nouvelles solutions technologiques.

D’une part, les applications numériques telles que la fonction de chat, le partage d’écran ou les outils de planification conduisent à une augmentation de l’efficacité de la relation entre la banque et le client. À l’avenir, l’utilisation de la reconnaissance vocale ou de la réalité augmentée est également envisageable. D’autre part, les clients attendent de leur banque des offres attractives et innovantes, mais surtout un certain degré de protection des données et informations personnels.

Renforcement de la relation personnelle

Cependant, les solutions de communication numérique ont leurs limites. Dans le métier, rien ne peut remplacer le contact direct avec le client. D’une part, les investissements et la plupart des services bancaires comme la gestion privée de fortune sont encore largement déterminés par la confiance du client dans l’institution de finance. La consultation personnelle peut répondre à des besoins précis ou à des situations particulières bien mieux que la communication médiatique. Par contre, divers “services standard » sont déjà pris en charge par des algorithmes tels que les rapports ou les tableaux de bord. Cela permet aux consultants d’investir le temps gagné dans l’établissement des business plans ou dans la mise en place de stratégie de veille et d’information sur le marché ou encore du perfectionnement des produits en vente. La satisfaction des clients dépend largement des offres et de la qualité des services bancaires.

Promotion de la culture de l’innovation

À mesure que les activités bancaires se généralisent et deviennent familier à la clientèle, les banques doivent proposer des solutions fiables et efficaces pour répondre aux attentes de ses collaborateurs. Les banques privées doivent donc en permanence innover leur service et leur offre. Cette année encore, la numérisation des processus commerciaux internes et externes des banques est au centre des exigences de la compétitivité sur le marché bancaire. Une collaboration agile au sein d’équipes interdisciplinaires permet d’apprendre les uns des autres et, en fin de compte, d’améliorer la qualité des produits et services pour les clients. Et cela nécessite des investissements appropriés tant dans les moyens humains que dans le développement de produits en vente.

Des stratégies durables pour les banques privées

Pour atteindre ces objectifs de chiffres d’affaires, les banques comme toutes autres entreprises privées doivent mettre en place des stratégies, des plates-formes ou des outils compatibles aux nouvelles solutions techniques et technologiques. Les banquiers doivent ainsi faire des efforts pour suivre les avancés numériques. Après tout, le marché des capitaux est d’une grande importance pour la promotion d’une économie durable. Les attentes du public à l’égard des banques dans ce domaine vont également augmenter massivement. Il ne s’agit pas seulement de produits d’investissement durables, mais aussi de la prise en compte des critères de norme dans le domaine d’activité. En effet, les banques privées se diversifient dans leur business. Cela peut commencer par un simple octroi de crédit ou de prêt, passant par les assurances vies ou voir même la gestion intégrale de la fortune personnelle ou du patrimoine d’une entreprise.