Rejet de prélèvement, chèque sans provision ou encore compte à découvert, les incidents de paiement touchent aujourd’hui de nombreux investisseurs français et européens. Encadrés légalement par des lois, ces incidents de paiement peuvent faire l’objet de frais bancaires onéreux bien que certaines banques sont plus clémentes que d’autres. En tout état de cause, comment remédier à ses problèmes de banques ?

Les origines des problèmes de banques

Les problèmes de banques se regroupent généralement sous le terme de « incident de paiement » et font par la suite l’objet d’un interdit bancaire. Si vous avez signé par hasard un chèque sans provision et qu’une lettre informant d’une inscription auprès du FCC (Fichier Central des Chèques de la Banque de France) fut délivrée à votre nom, vous êtes alors en statut d’interdit bancaire.

Cette situation quelque peu contraignante peut arriver à tout le monde à l’issue d’une fin de mois difficile ou de dépenses imprévues hors budget. Une fois qu’on est inscrit sur la liste du FCC, on fait alors partie des personnes dont la possibilité d’utiliser une carte bancaire ou des chèques a été retirée par l’établissement bancaire. Dans la plupart des cas, on devient « interdit bancaire » suite à un compte bancaire à découvert, un rejet de prélèvement ou des chèques sans provision.

En général, il est du devoir de l’établissement bancaire de faire part à son client s’il a décidé de le mettre en statut d’interdit bancaire. Pour plus de détails à ce sujet, visitez ce site www.mesquestionsdargent.fr.

Comment revenir à son statut bancaire normal ?

À l’issue d’un incident de paiement, l’interdit bancaire est la sanction à laquelle on doit forcément s’attendre. Mais comment sortir de cette situation délicate ? À tout moment, il est possible de lever une interdiction bancaire si l’on prend les actions nécessaires en main pour régulariser sa situation financière. Et pour ce faire, on a le choix entre réapprovisionner son compte, demander une réservation de la totale des sommes dus aux chèques sans provision ou encore de rencaisser les chèques auprès des éventuels bénéficiaires.

À l’issue du succès de ces procédures, on pourra alors informer son établissement bancaire de la régularisation faite pour qu’il informe ensuite la Banque de France et pour qu’on soit retiré de la liste du FCC. Il est aussi possible de récupérer le chèque sans provision auprès du bénéficiaire et de le payer ensuite par virement ou par espèce. Dans ce cas, on ne doit surtout pas perdre le chèque original pour engager la procédure de levage d’interdiction. Pour accélérer cette procédure, on peut se rendre auprès de toutes ses agences bancaires et déposer les pièces justificatives de la régularisation du statut financier.

Si 2 jours après la régularisation du statut, la personne intéressée fait toujours partie de la liste du FCC, elle peut alors s’adresser directement à la Banque de France sans médiateur.

Comment éviter les incidents de paiement ?

En tout point, être en situation d’interdit bancaire est très contraignant pour soi et pour ses projets d’investissements. Alors que ce soit pour le compte d’un particulier ou pour celui d’une entreprise, autant que possible, on doit éviter les situations menant aux incidents de paiement.

De façon régulière, il est bien de surveiller ses dépenses en consultant son solde bancaire. A priori, les dépenses doivent toujours être inférieures aux revenus pour la bonne gestion du compte. Autant que possible, il est conseillé de garder une certaine marge de sécurité en économisant une somme pour faire face aux éventuelles dépenses imprévues. Si l’on passe par des difficultés financières temporaires, il serait convenable d’en parler à sa banque pour négocier un découvert autorisé.

On peut aussi opter pour un prêt personnel ou un crédit rapide jusqu’à ce que sa situation financière se stabilise.